Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 09:11

 

Eclosion du Printemps

 

acrylique 2012

 

Eclosion du Printemps 1

 

 

C'EST POUR BIENTÔT!!! DANS SES PROFONDEURS, LA TERRE SE PRÉPARE POUR CE MERVEILLEUX RENOUVELLEMENT!!!!

 

COMME NOUS AUSSI!!! ON Y PENSE, FAIT DU LÈCHE- VITRINES, REGARDE NOS GARDEROBES, REVOIT SON MAQUILLAGE, SA COIFFURE, SA COUPE, SE FAIT BEAU, BELLE TOUT EN PROFITANT ENCORE DE MERVEILLEUSES DESCENTES A SKI  AVEC DES PANORAMAS MAGNIFIQUES, REVIALISANTS ET AVEC CETTE NEIGE SUBLIME! et ON COMMENCE A PRÉPARER LES JARDINS!

 

OU ALORS ON PRÉPARE LES EXAMENS ET TRAVAILLE DUR ET VIVE LA SUITE!!!

 

Dans ce tableau, j'exprime cette explosion de couleurs qui nous attend, couleurs, vives pétantes, les plus fraîches de l'année. Elles nous envahissent, nous remplissent de joie et de bonheur,

 

nous donnent du PEPS RIEN QU'À L'IDÉE !!

 

C'est la joie, ce petit sentiment d'attente/excitation qui nous envahit, de RENOUVEAU et on regarde en avant, l'avenir, l'à-venir avec optimisme!!

 

Et certaines idées grises de la morte saison, comme on dit mais qui n'est pas vriament morte car la nature se retire que pour moi renâitre - comme nous!!!! Nouvelles aventres, nouveaux défis, nouveaux amours ou approffondissements de ce qui existe avec de nouvelles énergies!


 

LAISSEZ-VOUS EMPORTER ET NE FREINEZ PAS CE MOUVEMENT NATUREL EN VOUS CAR IL NE SE PRODUIT QU'UNE FOIS PAR ANNÉE!!

 

 

POÉSIE PIQUANTE, À SUIVFRE!

Repost 0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 20:54

 

 

L'INDECISION

 

 

 

Indecision 500

 

 

 


Vous savez comment c'est dans ces moments d'indécision, on penche de-ci, de-là, on dit oui puis on dit non, on n'arrive à rien de concret, on se décide puis, non, on reveint dessus, rien de définitif; on n'aboutit pas.


Et bien voici comment j'ai représenté ceci en peinture. On m'a écrit que c'est comme des traces de rouge  à lèvres sous la pluie écrasées sur un carreau de fenêtre, des pleurs coulant dans l'indécision ... joli, non?


En tous les cas, il fallait qu'il y ai du gris, et du rouge puisqu'il faut décider quelque chose qui ne vient pas pour le moment, donc c'est un "smurff "qui s'écrase sur la vitre. Et des traits blancs, insignifiants coulant sur la vitre, ne menant à rien de conséquent comme lorsqu'on gribouille quelque chose qui n'est rien. L'indécision, quoi, qui se résoudra bien, un jour, ou pas.


Il se peut aussi que l'on laisse tomber et passe outre ... ça ne valait pas la peine de s'en préoccupper! On se fait une raison et passe ... Je crois que c'est la solution!

 

 

 

Repost 0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 11:15
Le problème technque que j'ai rencontré durant toutes ces fêtes est finalement résolu, OUF et voici la peinture que je voulais vous mettre pour Noël :



DANS LA JUNGLE, L'ARBRE DE L'AMOUR



L'arbre de l'amour 500




l'AMOUR QUI TRIOMPHERA TOUJOURS

de toutes les difficultés dans cette jungle qu'est la vie, que sont les tribulations humaines.


Vous me direz que je suis naïve mais je vous rétorquerai que cela ne sert à rien qu'à se déprimer, que de se tenir bien au chaud dans ses malheurs et les rouspetences usuelles. Je suis d 'accord que c'est un effort de voir le beau, le positiif en toute chose même la plus noire et de ne pas tomber dedans, mais cela vaut la peine. Cependant ce n'est apparemment pas donné à tout le monde.

Le prix à payer est d'être un peu un solitaire, car on ne circule pas avec la masse, n'ayant pas les mêmes choses à dire, on a un regard extérieur. Mais ... et voilà le côté positif: il faut des "extérieurs" pas trop extérieurs pour que le tout tourne. Ils mettent le doigt sur certains disfonctionnements ou rappellent certaines valeurs, principes etc... nommez-les ce que vous voulez, sinon la " roue du monde" s'en charge - preuve la crise dans laquelle le monde est tombée...

C'est ainsi! Alors une de ses valeurs c'est bien l'amour! On est bien d'accord et de tout temps on y a recours, on l'appelle, en rêve, en parle, le décrie, le désire à l'infini. Et il guérit et nourrit, donne la joie et nous fait supporter tout rien que par son attrait et en y pensant.

Voir avec les yeux de l'amour, c'est ce que j'ai fait au sujet de ma fille et sa terrible maladie, toutes les urgences et problèmes depuis 1991!, et la récompense est là, on s'est retrouvées et ces fêtes furent si bienfaisantes pour toutes les deux. J'ai gardé ma vie, elle a la sienne autant qu'elle peut et on se retrouvent toutes les deux régulièrement chacune respectant les limites et exigeances de l'autre - ça aussi s'est de l'amour!!! Et mon fils décédé est toujours présent parmi nous même si on n'en parle qu'à l'intérieur de nous-mêmes ou le signale sur la table de Noël par une petite décoration tout à lui. Il nous accompagne à sa façon en étant toujours logé dans nos coeurs - c'est ça l'amour qui soutient aussi!

Le tableau fut exécuté de façon particulière  : le fond je l'ai peint avec les doigts, des mouvements très rapides et puissants sur toute la surface et ensuite s'est ajouté le reste au pinceaux, en relief. C'est puissant, non?



C'est une "PEINTURE D'ACTION EMOTIONNELLE"


Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 18:46
Voici une nouvelle     Peinture d'Action Emotionelle     intitulée



L'HYDRE DE LA TRISTESSE



Malheureusement l'image n'apparaît pas en entier

L'Hydre est un animal mythologique à sept têtes qui repoussent à chaque fois que l'on en tranche une. Hercule réussit finalement à tuer ce serpent d'eau douce car ce fut un de ses sept travaux. Le sens caché de cette histoire est que les dangers, les maux et les tristesses profondes reviennent toujours, remontent toujours à la surface. C'est ce que j'ai tenté de représenter dans cette peinture et le poème qui s'y réfère.


STYLETS


Tristesses infinies
soupoudrant les jours et les nuits

Muettes pleurs

Enbruns
dont le coeur se souvient

Eternels regrets

Stylets

Il n'y a plus rien
que le vide quotidien


Une fois que l'on a connu la grande tristesse, elle reste en nous pour toujours!
Repost 0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 09:49

À la suite de l'article précédent et du poème noire qui s'y trouve, voici une de mes NOUVELLE  AQUARELLE-GOUACHE qui rencontre déjà un succès considéable sur le site d'art (www.ARTLIMITED.NET) sur lequel je suis.


Je crois que cette peinture ne nécessite aucun commentaire et décrit bien le poème.Comme quoi, les choses peuvent être dites en couleurs, formes et mots ainsi qu'en musique, s'évoquant mutuellement - c'est-à-dire les mots des images, les formes-couleurs des mots et la musique les deux.






VORTEX - À la recherche de la lumière






Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 17:34
Avant tout un poème sur LE STRESS car je suis stressée!!!!!!!

Ma première grande exposition de peinture approche et je dois règler les derniers détails car les encadrements sont fait (70 en tout) avec les passe-partout qu'ils a fallu trouver et commander car du sur-mesure fut nécessaire, les invitations (80), affiches (30), papillons tout-ménage (550) sont là  et il faut les livrer, les placer et les écrire, selon, voir pour le vernissage, revoir la salle, les installations, le transport, etc... Beaucoup de choses.


En plus j'étais donc loin une semaine à Copenhague et après j'avais des visites chez moi et encore ma fille malade à l'hôpital avec des problèmes épineux à résoudre .... mon travail, et tout le reste. Alors c'est le stress!!!



LE STRESS

Stress, ça presse
et fait "SSS" comme une marmite
à vapeur, ça "HISSS",
lâche du leste
sinon d'est l'explosion ou l'implosion
Stress ... action!
par express
telle une locomotive à vapeur lâchant ses touffes
de fumées bleues avec un grand "S"
excès d'énergie obligeant à agir sans cesse

Stress, tu me presses
et je m'empresse à retrouver
une plage de calme
et décompresse


Invitation à mon expositione dans le prochain article!



Repost 0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 08:51

J'ai fait une PAUSE cette semaine, raison de mon absence. Alors, pas d'article mais une


 AQUARELLE - GOUACHE, une nouvelle qui s'intitule:  LE FLASH - vous savez, lorsqu'on flash sur quelqu'un, tout d'un coup et l'imprime sur la rétine

-
chose qui dure, c'est très curieux. C'est juste le contraire d'une relation qui grandit petit à petit. Les deux peuvent pourtant prendre fin pour une raison ou une autre, rien n'étant jamais guarantit.

La première repose sur un désir immédiat, électrique pour ainsi dire, l'absence, le silence, la distance en sont les carburants la plupart du temps car le désir a son propre fonctionnement; c'est parfois un troisième moi, incontrollable, surgissant ainsi, tout d'un coup.

Je dis peut-être des bêtises, les psy n'en savent pourtant pas plus ni les médecins. Mais, en tant que tel, je ne crois pas que le désir-flash comporte la construction de quoique ce soit qui soit de l'ordre du raisonnement et de la décision en majeur partie. Le désir à la base est sexuel, on se comprend bien; cependant il peut aussi impliquer le coeur et là certaines possibilités de croissance s'ouvrent. Sinon, on en reste au désir, ce qui n'est déjà pas mal du tout, excitant, un état pur, authentique et vrai si on veut, n'impliquant que lui-même; non-pollué.



LE FLASH

Sans commentaires, juste une image à contempler. J'espère qu'elle vous plaîra.




Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 22:26
Juste un poème et rien d'autre. Je ne vais pas vous embêter avec mes commentaires ce soir surtout que c'est un sujet que nous connaissons tous, même si cela m'étais assez étrangé jusqu'alors -




LA GROSSE; VRAIE FLEMME!!


LA FLEMME


Je couve, je ne sais pas trop quoi
Je tourne en rond et fais des ronds
Je ne bouge pas; pourtant dans l'ennuii ne m'embourbes pas

Je ne souffre pas
Ne saute pas de joie
Ne recule ni n'avance d'un pas
Je fais du sur place
Du moins, je pense que c'est ce qui se passe

Le grippe? Non, ce n'est pas ce qui m'aggrippe
Pourtant je me sens comme un flagada
Et fais du "blabla".
Je vais, je viens, je fais, je tiens.
Rien hors de l'usuel train-train,
Du sécurisant quotidien
De ce que je sais, connais,
De surcroît, je m'active même vaguement de-ci, de-là
Tout en restant bien au chaud dans ma couveuse
Où je couve je ne sais pas trop quoi

Je crois bien que c'est la flemme qui m'étreint
Oui, il se pourrait bien que ce soit ça,
Cette drôle de maladie que je ne connaissais pas.



Bon week-end tout le monde!!





En ce moment ce n'est pas la Flemme qui m'étreint mais bien des soucis encore et toujours -

ce qu'on appelle la folie rôde autour,

la vraie  qui est un raisonnement autre, différent avec un fondement de vérité souvent, une interprétation différente de la réalité. Il faut la ramener (ma fille qui en souffre) à la normalité autant que possible, dans les normes de la société ... c'est ainsi.


La société exige des normes et leur respect afin de pouvoir fonctionner.



Repost 0
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 10:01


Je n'en reviens pas à chaque fois, car je regarde tous les jours ce que vous avez choisi de lire et combien vous êtes et comment vous m'avez trouvée. Cela m'intéresse et fait partie de mes habitudes journalières, de mon petit plaisir quotidien ainsi que d'écrire tout à fait spontanément les articles de ce blog et de choisir les peintures les accompagnant. 

Or vous êtes, à ce jour, exactement:


12 047 visiteurs uniques qui avez lu 30 313 pages!!!


Je suis passée dans la catégorie supérieure du blog ranking, Oh tout en bas, mais tout de même. Qui l'aurait cru surtout pour de la poésie et peinture!!

Je ne sais comment vous remercier!!

Vous me tranpercz le coeur de bonheur!


undefined
car  vous ne viendriez pas, ne reviendriez pas  si vous  n'aimiez pas me lire, me regarder, trouver quelque intérêt à ce  qui se trouve sur ces pages. Le choix sur internet est énorme! Ainsi je vous suis d'autant plus reconnaissante et vous remercie du fond du coeur.

Surtout que, parfois dans les moments difficiles, les moments de retour du passé, de solitude, de "à quoi bon", vous êtes là , silencieux mais présents tout de même  et  certains parmi vous  que je connais  d'un coup viennent me faire un petit coucou et me soutiennent par la pensée.. C'est  très réconfortant!  Croyez-moi  que je pense à vous lorsque j'écris et choisi ce que j'écris; vous êtes présents et je tâche toujours d'apporter quelque chose dans ce que j'écris, ce qui  m'importe au fond dans la vie dans la quelle je me débats avec ce que j'ai, comme tout le monde, que je la rêve aussi  pour mieux l'affronter et la maîtriser, non pas contrôler car c'est impossible. Pour mieux  comprendre ce qu'elle représente pour moi. Pour mieux  l'accepter,  lui dire "oui" ou "non" lorsque  je l'estime nécessaire  - ce sont les choix qu'elle nous permet - qui sait si on fait les meilleurs mais  c'est ce que l'on a choisi à ce moment-là, c'est tout.!


Et pour vous  récompenser de votre fidélité et intérêt  j'ai choisi une aquarelle  que j'aime bien et que j'ai suspendue dans ma chambre à coucher (elle mériterait d'être bien encadrée car un cadre avec deux passepartout  par ex.. , rehausse  une peinture) parmi tant d'autres tableaux. Elle est là, modestement,. C'est moi, la romantique, la sensible, la dame mûre  avec un amant jeune qui se sent jeune en sa présence, que dis-je, qui est jeune en sa présence tout en sachant bien qu'elle ne l'est pas. C'est ce qui fait  son charme et qui fait que réellement  elle n'est pas sa maîtresse (elle ne le veut pas, ce statut! car elle a besoin de rester libre et n'aime pas du tout ce mot ni ce statut!)et, en plus, ce n'est pas du tout ce qu'elle recherche ni ce à quoi elle s'attendait - ça lui donne plutôt du fil à retorde, vieille éducation oblige! Mais c'est ce qui vient ...) Elle set plutôt  une quelque chose de spécial que l'on peut appeler "ma puce" malgré son âge ou que l'on appelle pas car elle est indéfinissable. C'est moi, ma foi, pleine de contradictions! 

C'est une aquarelle peinte d'après mon imagination, sans modèle et il n'y aucune ressemblance avec quiconque. J'aime peindre des courbes féminines, des courbes en général car le pinceau part tout seul. J'aime peindre une peau et j'aime aussi le corps masculin par contraste au corps féminin. C'est l'entente entre les deux qui je voulais rendre, l'harmonie intérieure à deux. C'est tout et c'est tout simple, sans rien d'autre. Je ne sais pas si vous le ressentirai comme moi.







COUPLE SE REGARDANT

Se-regardant---couple.jpg
Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 18:03


Une aquarelle pour vous montrer  mon style actuel, un peu surréaliste mais toujours bien moi du point de vue des couleurs, de la composition, du sujet - la femme, qui est un de mes thèmes préférés, et de l'exprissivité, directe mais tout de même voilée quelque part.

D'abord j'ai peint le fond ce qui n'est pas toujours le cas car parfois je le fais en dernier. Puis, la première chose à apparaître fut la bouche. J'adore peindre les bouches et ... les yeux! je ne sais pas pourquoi. Ensuite, bien sûr  l'oeil . Puis, je ne savais comment continuer et j'ai laissé "mûrir".  Vint le sein , autre chose que j'adore peindre, à nouveau pourquoi?  Question sans réponse... Non, non, je n'ai aucun penchant pour les femmes! Et le reste à suivi tout seul. Il fallait bien évidemment faire allusion aux cheveux et pourquoi pas à la jarretière mais un coeur devait aussi y figurer car sans coeur, une femme, ce n'est rien. Bon il faut dire que ce petit coeur peut aussi évoquer autre chose pour des esprits "éclairés" mais ce n'est absolument pas voulu. C'est venu tout seul. Voilà comment cet aquarelle est née.







ATTRIBUTS FEMININS


Attributs-f--minins-copie-1.jpg




Repost 0

Articles Récents

Catégories